Le Royal Monceau, Raffles Paris : un véritable palace Parisien

À quelques pas des Champs Élysées et de l’Arc de Triomphe, le célèbre hôtel de l’avenue Hoche, Le Royal Monceau, a retrouvé sa place dans le cercle fermé des hôtels de luxe de la ville des lumières. Palace des Années folles, rendez-vous des artistes et des écrivains, des gentlemen et des aventuriers, Le Royal Monceau – Raffles Paris incarne depuis toujours « l’élégance parisienne » : spontanée, cultivée, sagace.

Un passé, une magie

Dès son ouverture en 1928, l’hôtel Royal Monceau devient le rendez-vous de prédilection des artistes et des intellectuels. Qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs, tous apprécient son jardin, son bar immense, ses salles de bridge, de ping-pong, de billard et son salon de coiffure.

Tout a été pensé pour offrir luxe, calme et modernité : chacune des 265 chambres, à l’instar de l’Appartement Royal et des suites, possède les équipements les plus récents, le service est attentif et discret, le restaurant devient un rendez-vous astronomique. Quant aux salons particuliers, ils accueillent des événements historiques, à commencer par les rencontres sociales et économiques de la IIIe République.

Après avoir été réquisitionné pendant la Seconde Guerre Mondiale, Le Royal Monceau retrouve son indépendance en 1945. Les hôtes prestigieux viennent, reviennent, se croisent : Joseph Kessel, Walt Disney, les maharadjahs d’Indore ou du Cachemire, le roi Farouk d’Égypte, l’Aga Khan… Sur leurs pas, marcheront plus tard Michael Jackson, Madonna, Robert de Niro, Lou Reed ou Sofia Coppola.

Au fil du temps, tout en demeurant un lieu de rendez-vous pour les Parisiens et l’une des adresses de prédilection des voyageurs du monde entier, l’hôtel Royal Monceau s’assoupit. Qatary Diar décide de racheter l’hôtel et d’entreprendre un vaste projet de rénovation.

Pour recréer ce palace, Philippe Starck sollicite l’un des plus grands acteurs de l’hôtellerie de luxe, le groupe Raffles. Ensemble, ils s’engagent dans la grande aventure humaine qui, aujourd’hui, permet d’ouvrir les portes d’un Royal Monceau réinventé, régénéré, repensé. Retrouvé.

Un rêve éveillé

Le charme du Royal Monceau vous transporte dès que vous franchissez la porte d’entrée, là où la marquise, au-dessus de la majestueuse entrée, déploie une délicate lumière couleur rubis. L’arrivée au Royal Monceau débute tout naturellement dans l’intimité de La Réception, voulue par Philippe Starck “comme des retrouvailles avec une maison de famille, un « chez soi », une promesse de paix et de surprises fertiles.”

Cette antichambre douce ouvre sur un dépaysement : Le Grand Salon. On le voit comme une vaste allée centrale ponctuée de petits salons privés et de micro-vitrines. On parcourt ses trois cents mètres carrés jusqu’à l’escalier historique, monumental qui nous conduit aux étages et à l’intimité des chambres, suites et appartements privés.

 

Entièrement transformé par Philippe Starck qui s’est inspiré des époques emblématiques des années 1940 et 1950, Le Royal Monceau arbore un décor chic et luxueux qui correspond à l’héritage Art Déco du bâtiment, tout en conservant son individualité, saisissante source d’inspiration.

Une atmosphère qui vous saisit dès l’entrée jusque dans les 149 chambres luxueuses, dont 85 chambres et 64 Suites, du Royal Monceau. Chacune des 85 Chambres semble imprégnée d’une vie, d’une histoire.

Des livres posés çà et là sur des étagères, un abat-jour griffonné d’un dessin, un coquillage en verre soufflé de Murano, les photos d’une soirée posées contre le mur, une guitare acoustique signée, des lettres d’amour oubliées dans le tiroir du bureau, un foulard, un collier de perles… sont autant de traces d’un voyageur amoureux des destinations lointaines, d’un dandy, d’une femme de lettres, d’un artiste ou d’un collectionneur passionné.

L’histoire se poursuit dans l’univers de pierre, d’acier et de miroirs de la salle de bain, célébration de l’extrême propreté, où se cachent un tableau, des photos collées derrière la glace… Enfin, le dressing room, en référence aux cabines d’essayage de la haute couture, révèle, une suite de miroirs et un meuble néoclassique.

Conçues dans le même esprit, les 64 Suites – dont trois présidentielles – sont de véritables domaines privés, des pied-à-terre pour des arpenteurs du monde ou des artistes, qui y trouvent non seulement un espace pour travailler mais aussi un lieu inspiré.

Ainsi, la Suite 714 dans laquelle Ray Charles vécut, porte son nom et accueille les photographies de celle qui écrivit notamment pour lui The Sun Died, Arlette Kotchounian alors que les suites présidentielles offrent les avantages d’une demeure privée.

Une référence en matière d’hôtels parisiens de luxe, Le Royal Monceau, Raffles Paris est à la fois intemporel et parfaitement dans son époque, surprenant mais sophistiqué, offrant un cadre soigné mais délicieusement détendu : une oasis pour les voyageurs aguerris et l’un des meilleurs hôtels au monde, prisés de ceux qui ont l’esprit d’aventure et aiment ce qui se fait de mieux.

L’histoire continue…

le-royal-monceau-2 le-royal-monceau-16 le-royal-monceau-15 le-royal-monceau-14 le-royal-monceau-13 le-royal-monceau-12 le-royal-monceau-11 le-royal-monceau-10 le-royal-monceau-9 le-royal-monceau-8 le-royal-monceau-7 le-royal-monceau-6 le-royal-monceau-5 le-royal-monceau-4 le-royal-monceau-3

[button size=”small” color=”black” style=”none” new_window=”true” link=”http://www.raffles.fr/paris/”]Plus d’informations sur Le Royal Monceau[/button]
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous allez aimer