La Koenigsegg One:1, la première “Mégacar”

Se distinguant des supercars “ordinaires” de chez Bugatti, Porsche, McLaren ou Ferrari, le suédois Koenigsegg a dévoilé lors du salon de Genève 2014 la première « Mégacar » de l’histoire : la One:1. D’extérieur, la One:1 semble identique à une Agera avec son aileron arrière suspendu et son spoiler avant. Cependant, la One:1 est bel et bien une toute nouvelle voiture avec laquelle Koenigsegg a entrepris de révolutionner l’univers des supercars.

La révolution du Mégawatt

Comme l’a expliqué le fondateur Christian von Koenigsegg, “la priorité n’est pas la vitesse”, mais c’est autour d’un autre chiffre que la One:1 se met en avant, celui de sa puissance. Avec 1.360 chevaux extirpés du V8 5,0 litres, la suédoise atteint la barre symbolique du mégawatt (1 W = 1,36 ch), d’où le terme de “Mégacar”. En effet, son moteur développe bel et bien 1 Mégawatt, soit 1360 chevaux pour 1360 kilos.

L’objectif poursuivi par la One:1 est donc d’atteindre un rapport poids-puissance hors-norme de 1 kg/ch, encore inédit pour la production automobile. Pour parvenir à ce résultat, les concepteurs de Koenigsegg n’ont pas ménagé leurs efforts : comme sur toutes les Koenigsegg, la coque en plastique renforcé de fibre de carbone a été reconçue et optimisée pour un poids final de 72 kg. Ce matériau ultraléger a également été utilisé pour la fabrication du chassis, des jantes et des ressorts de suspension alors que l’on a fait appel au titane pour le système d’échappement. Au total, c’est 75 kg qui ont été gagnés par rapport à la Koenigsegg Agera, de 1 435 kg à 1 360 kg.

Une puissance incomparable

La One:1 est propulsé par une version suralimentée du V8 5.0 fabriqué en interne pouvant carburer indifféremment à l’essence ou à l’éthanol. De quoi produire 1 371 Nm de couple à 6 000 tr/min, et accessoirement 1 360 ch à 7 500 tr/min ou, si l’on préfère, l’équivalent de 1 mégawatt.

De quoi atteindre les 440 km/h en vitesse de pointe, de passer de 0 à 400 km/h en 20 secondes et de revenir à l’arrêt en seulement 10 secondes. Afin d’utiliser le potentiel du moteur maison bi-turbo V8 de 5 litres de cylindrée avec son couple de 1371 Nm en toute sérénité, l’aérodynamisme de la One:1 a été optimisée.

Un système actif, avec dans le splitter avant des volets indépendants et un imposant spoiler arrière, est géré électroniquement. Le profil général de la voiture avec des écopes d’air et des soubassements retravaillés contribue à l’acceptation de charges latérales faramineuses. De plus, l’équipement aérodynamique, ainsi que la suspension, sont gérés et contrôlés en amont, grâce aux données fournies par le GPS sur le relief de la route.

La One:1 est également efficace en virage et est capable de produire 610 kg d’appui à 260 km/h et 830 kg à 440 km/h lui permettant ainsi d’atteindre jusqu’à 2G d’accélération latérale.

L’objectif poursuivi par la One:1 n’est clairement pas d’atteindre le record de vitesse mais malgré tout, avec son 440 km/h en vitesse de pointe, Koenigseeg peut revendiquer le titre de voiture la plus rapide au monde devant la Hennessey Venom GT (435 km/h) et la Bugatti Veyron Super Sport (431 km/h).

Seuls six exemplaires de la Koenigseeg One:1 seront produits et tous ont déjà été vendus au prix de 1 450 000 €. Ce qui est sûr c’est que la Koenigsegg One:1 célèbre avec panache le vingtième anniversaire de la marque suédoise qui avec ce nouveau modèle hors-norme, révolutionne le monde des supercars ! Pour découvrir d’autres automobiles d’exception, consultez notre rubrique supercars.

Pour en savoir plus, consultez le site de Koenigsegg

1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous allez aimer